Accueil / Cinéma / Promesse de financement de « Ma Famille » Akissi Delta roulée dans la farine par le régime

Promesse de financement de « Ma Famille » Akissi Delta roulée dans la farine par le régime 1

kissi Delta productrice et réalisatrice de la série télévisée Ma Famille devenue «Ma Grande famille» a le sommeil trouble. La comédienne qui comptait sur la promesse de financement du Pouvoir en place n’a que ses yeux pour pleurer.

Lundi 28 janvier 2018, «la femme de Michel Bohiri» s’est ouverte aux colonnes de nos confrères de L’Inter. Des révélations elle en a faites sur la cause de sa grosse désillusion. « Les autorités avaient prévu m’octroyer une aide de financement à hauteur de 100 millions. Jusque-là je n’ai rien perçu. Ils doutent qu’une analphabète puisse rembourser les 50 ou 100 millions de Fcfa qu’ils vont m’octroyer.

C’est cela la vérité. Mon Dieu (…) a mis sur mon chemin une grande dame des médias, Denise Epoté, qui travaille à Tv 5 monde. C’est cette dame qui, ayant su que je n’étais pas accompagnée, m’a demandé de monter un dossier et de le lui envoyer, elle verra ce qu’elle peut faire. Ce que j’ai fait, et c’est ainsi qu’un jour, elle m’appelle pour me dire que non seulement on a un producteur qui est intéressé, mais, plus encore, il a décidé de venir s’installer à Abidjan : il s’agit de A+, qui est une branche de Canal+ Ma famille’’. Aujourd’hui, la saison de ‘’La grande famille’’ que je mets en boite en ce moment fait 400 millions de Fcfa. Et la saison qui va suivre juste après
coûtera 600 millions de Fcfa ».

Hélas mille fois hélas, le régime ivoirien vient encore de s’illustrer de la plus mauvaise des manières. Pourquoi le régime d’Alassane Ouattara si prompt à soutenir les productions à sensations politiciennes hésite-t-il à casser la tirelire quand il s’agit de financer une production considérée comme un patrimoine culturel ?
Akissi Delta tente une ébauche de réponse : « Malgré la preuve que j’ai donnée avec Ma famille, ici on ne me fait toujours pas confiance. Parce qu’ici, on ne juge les gens qu’à travers le nombre de diplômes qu’ils présentent. Et comme je n’en ai aucun, on me fait tourner, pour ne pas m’aider ». Les complaintes de la célèbre comédienne pourraient prendre tout leur sens dans l’intérêt que porte le régime d’Abidjan à sa production, en termes de récupérations politiciennes. Qu’apporte, en effet, «Ma grande famille» d’Akissi Delta dans l’image que veut véhiculer le chef de l’Etat de sa politique ? Certains diront que le problème est ailleurs.

D’autres en revanche, rétorqueront que la comédienne a de bonnes raisons de s’offusquer. surtout que ce même régime n’a pas hésité à financer le film «Run» de Philippe Lacôte. Une production dans laquelle le réalisateur franco-ivoirien dresse un tableau sujet à caution de l’histoire récente de la Côte d’Ivoire. Run, depuis son synopsis jusqu’à sa mise en scène dépeint une fresque dans laquelle le président Ouattara et ses partisans ont le beau rôle. Véritable course au travestissement des faits sociopolitiques, cette fiction à un élan de dénigrement à la sauce politico-juridique.

Une aubaine que ne pouvait rater le régime. Akissi Delta n’est pas un cas isolé. De bonnes sources, la regrettée Marie-Louise Asseu avait elle aussi sollicité en vain un appui des autorités pour un projet sur lequel elle travaillait. Malheureusement, elle en restera au vœu pieux jusqu’à ce que la grande faucheuse ait raison d’elle. sur le plan humoristique Adama Dahico, président du Dromican, paye, jusqu’à ce jour, le prix de sa proximité avec le Président Laurent Gbagbo, «ennemi juré» du régime d’Alassane Ouattara. Le comédien est boycotté et son festival du rire a du mal à attirer l’attention des décideurs ivoiriens.

Commentaires